ARK XXIV/3

30/09/2009

SEPTEMBRE 2009 : retour de l’expédition ARK XXIV/3 (pour “3ème leg de la 24ème mission arctique”) à bord du brise-glace de recherche allemand POLARSTERN, propriété de l’AWI. Cette mission était principalement dédiée à l’étude de la géophysique des fonds de la mer du Groenland et à la géologie/géophysique du Groenland. Le bateau accueillait cette année encore une équipe de trois observateurs chargée d’effectuer un recensement systématique des prédateurs marins rencontrés (oiseaux et mammifères), pour compléter  une étude démarrée au début des années 90 par le biologiste Claude Joiris. En compagnie de Frédéric Vanhove et C. Joiris, nous avons donc effectué ce périple de 8000 milles (15 000 km) au départ de l’Islande, et jusqu’à 81° Nord.

trajet ARK XXIV/3

La méthodologie est la même que celle utilisée en Antarctique (voir BELARE 2008-2009) : comptages en continu tant que le bateau est en mouvement et que la luminosité le permet. Les nombreux équipements de mesure embarqués sur le Polarstern nous permettent d’avoir accès en permanence aux valeurs de température de l’eau et de l’air, profondeur et salinité de l’eau, visibilité, vitesse  et direction du vent,  point GPS et vitesse du bateau. Ces chiffres sont indispensables aux études faunistiques effectuées en  milieu marin et sont relevés toutes les 30 minutes, en plus d’une estimation du pourcentage de  la couverture de glace dans les zones de banquise.

Oiseaux : à l’instar des eaux antarctiques, la diversité en arctique est très faible. Fulmar boréal, Mergule nain et Mouette tridactyle représentent 90 % des oiseaux rencontrés. Les autres espèces sont le Guillemot de Brünnich, la Mouette ivoire, la Mouette de Sabine, le Goéland Bourgmestre, les labbes et quelques Sternes arctiques. La Mouette de Ross a malheureusement brillé par son absence. La répartition des oiseaux est très inégale en mer du Groenland, en particulier chez le Mergule nain qui apparait localement en fronts très denses dans les zones riches en zooplancton  (souvent en compagnie de baleines à fanons) et déserte complètement de vastes secteurs. Une relation directe peut généralement être établie entre ces fronts d’abondance et des changements de masses d’eau (arctique versus atlantique), révélés par les valeurs de température et de salinité.

Quelques passereaux migrateurs ont fait une halte sur le bateau lors du trajet retour (Bruant des neiges, Roselin cramoisi, Rousserolle effarvatte (à 76°N!!), Traquet motteux).

Rousserolle effarvatte - Reed Warbler (Acrocephalus scirpaceus) 76°53'N_02°52'E

-                                                    Une Rousserolle effarvatte au pays des Ours polaires !

Mammifères : la diversité est remarquable dans les eaux arctiques. Nous avons croisé 9 espèces de cétacés (2 Rorquals bleu, 12 Rorquals communs, 2-3 Petits Rorquals, 4 ou 5  Baleines du Groenland, 2 Cachalots, 3-4 Baleines à bosse, Lagénorhynques à bec blanc, Orques), les 4 espèces de phoques arctiques (du Groenland, barbu, à capuchon et annelé), quelques Morses, 22 Ours polaires (nombreuses femelles suitées) et plus d’une centaine de Boeufs musqués dans un fjord de l’Est groenlandais. Les deux hélicoptères qui effectuent les vols de reconnaissance dans les glaces nous ont permis de faire de nombreuses observations d’Ours polaires et de Narvals (60+), dont un mâle à deux rostres (ils sont moins de 0,2 %).

Narvals (Monodon monoceros)

-                                                    Narval (Monodon monoceros) à deux rostres

voir les photos de l’expédition ARK XXIV/3